Large 2019 03 22 21 51 07 canon eos 6d

Fidèle, le cinéma du Bourg a accueilli le Festival du film vert pour la cinquième année à Sierre, cela sur deux soirées. D’abord, un court métrage sur le repos, et parfois la mort, des oiseaux migrateurs, sur un trois mats, dont le titre « le tombeau des épuisés » ne dit pas toute la délicatesse du récit visuel. Puis, le film diffusé s’intitulait « La terre vue du cœur », un documentaire rassemblant diverses personnalités scientifiques, militantes, philosophes. Chacune s’exprime depuis son domaine d’expertise, tout en y mettant leurs sentiments personnels face aux déséquilibres environnementaux qu’ils observent.

Après ce film-constat touffu, un fin connaisseur de l’environnement et orateur de qualité a répondu aux questions du public. En effet, Raphaël Arlettaz, professeur à l’université de Berne dans le domaine de la biologie de la conservation s’est exprimé avec honnêteté et expertise. Le résident de Bramois a suggéré comme acte à poser, face à la déliquescence de l’environnement de choisir le végétarisme. Il y avait, quoi …., trois, quatre végétariens dans la septantaine de spectateurs.

Puis, les papilles et les langues se sont régalées de rencontres et de préparations locales savoureuses. Philippe Heimann, accompagné de son épouse Carole, ont servis des focaccias aux arômes divers. Et accompagnant cela, le vin de la cave Caloz à Miège, désormais estampillée du bourgeon bio. Pour un peu, on y entend bêler et brouter les moutons qui tondent et fertilisent les sols des vignes dont Sandrine s’occupe avec enthousiasme et engagement, tout en prenant soin de sa famille.

Voilà, tout le monde est parti.

 

La salle

Présentation du film

Raphaël Arlettaz

Collation

Philippe Heimann

Focaccias aux arômes divers

 

 

 

Classé sous environnement

retour

En images

À 6 mois des élections fédérales, les Verts valaisans demande un PLAN CLIMAT pour des actions concrètent contre les effets du réchauffement climatique en Valais.


Toutes les vidéos

Prochaines dates