Large stop mitage verts suisse

La révision de la LAT ne protège pas contre l'étalement urbain au long terme

La révision de la LAT s'est principalement penchée sur le problème des zones à bâtir surdimensionnées. Elle est donc efficace dans les cantons où les zones à bâtir sont surdimensionnées, en particulier dans le canton du Valais. Dans de nombreux cantons du Plateau, où l'étalement urbain est très prononcé et où les terres agricoles doivent céder rapidement la place au béton, la révision de la LAT a peu d'effet. En particulier, la révision de la LAT contient toujours la disposition selon laquelle l’ouverture d’une zone à bâtir est autorisée sans compensation dès que la nécessité de cette zone peut être démontrée pour un horizon de planification de 15 ans (art. 15 Zones à bâtir, 1 Les zones à bâtir doivent être définies de telle sorte qu'elles correspondent au besoin attendu pour 15 ans). Avec la nouvelle LAT, la construction dans certains cantons est moins dispersée, ce qui est réjouissant. Cependant, le rythme de disparition des espaces verts, en particulier sur le Plateau, se poursuit sans relâche.

L'initiative complète la révision de la LAT

L'initiative ne jette pas à la poubelle la mise en œuvre de la LAT (c'est-à-dire les plans directeurs et plans d’affectation de zone dans les cantons et les communes) comme certains opposants le prétendent. Au contraire, l'initiative est un complément utile à la LAT révisée. La LAT permet d'utiliser plus efficacement les zones à bâtir existantes mais l'étalement urbain est loin d'être terminé. Les données concernant la construction de l'Office fédéral de la statistique ne montrent pas non plus d'effet sur la proportion de bâtiments de un et de deux étages (graphique 1). Cela signifie que depuis l'adoption de la LAT, on a construit de manière à peu près aussi inefficace qu'auparavant. La consommation de sol s'est poursuivie au même rythme.

Bien que la révision de la LAT réduise la répartition inégale des zones à bâtir, seule l'initiative garantit que les zones à bâtir ne continuent pas à croître et que le sol soit protégé efficacement.

La deuxième révision de la LAT n'est pas une alternative

La deuxième révision prévue de la LAT n'est pas une alternative à l'initiative Stop Mitage. S'il y avait une majorité sérieuse au Parlement contre l'étalement urbain, une contre-proposition à cette initiative aurait été élaborée. Au contraire, le Parlement actuel essaie encore et encore d'assouplir les dispositions de la LAT. Rien n'indique que la deuxième révision de la LAT puisse limiter l'étalement urbain.

Au contraire, il y a un risque que la construction en dehors de la zone à bâtir soit encore simplifiée et que la construction des derniers espaces verts intacts soit encore encouragée. C'est pourquoi il est d'autant plus important de dire oui à l'initiative Stop Mitage.

En conclusion :

  1. La révision de la LAT a peu ou pas d'impact sur l'étalement urbain sur le Plateau. 
  2. La révision de la LAT a été une préparation utile à l'initiative en réduisant la répartition inégale des zones à bâtir et en créant des instruments pour une densification intelligente. Mais ce n'est qu'avec l'initiative que l'étalement urbain pourra être stoppé. 
  3. La deuxième révision prévue de la LAT mettra aussi peu fin à l'étalement urbain aussi que la première révision. Au contraire, si l'initiative n'est pas adoptée, le risque existe d'un nouvel affaiblissement des dispositions relatives à la construction en dehors de la zone à bâtir et donc d'un étalement urbain accru.

Plus d'informations sur le site internet de l'initiative stop mitage.


retour

Initiatives à signer

En images

À 6 mois des élections fédérales, les Verts valaisans demande un PLAN CLIMAT pour des actions concrètent contre les effets du réchauffement climatique en Valais.


Toutes les vidéos

Prochaines dates