Large mitage 1230x378

Les Verts valaisans ont soutenu avec conviction la Lex Weber et la révision de la LAT qui commencent à déployer leurs 1ers effets positifs : frein aux résidences secondaires (lits froids), nouvelle stratégie touristique fondée sur un tourisme d’exploitation (lits chauds), réduction des zones à bâtir excédentaires. Malgré cela, force est de constater que le développement immobilier du Valais reste extrêmement dynamique, en particulier dans la plaine du Rhône qui voit ses bonnes terres agricoles diminuer drastiquement d’année en année. Les Verts valaisans disent OUI à l’initiative STOP MITAGE car elle seule permettra de contenir l’étalement urbain pour sauvegarder les terres agricoles et les espaces nature. Elle permettra en outre de préserver la biodiversité, qui subit un effondrement alarmant, et d’encourager la construction de quartiers durables (écoquartiers) qui sont synonymes d’une meilleure qualité de vie.

 

Le Valais n’a rien à craindre de l’initiative STOP MITAGE car il dispose de suffisamment de zones à bâtir et leur redimensionnement est déjà prévu par la LAT

Le refrain entonné par les opposants en Valais est bien connu : on prédit moult catastrophes économiques en cas d’acceptation du texte de l’initiative. Il y a peu, ces mêmes personnes prédisaient que l’acceptation de la Lex Weber et de la LAT jetterait 4000 valaisans au chômage[1]. Or, l’actualité récente démontre que c’est tout le contraire qui s’est passé : la construction se porte plutôt bien en Valais malgré la lex weber[2] et malgré la LAT ! Mieux ! Elle a obligé le monde économique et le monde politique à repenser son mode de développement. Le Valais est désormais sur la bonne voie, celle d’une meilleure maitrise de son territoire. Il a adopté une nouvelle loi cantonale sur l’aménagement du territoire, largement acceptée par le peuple, et son plan directeur accepté à une large majorité par le grand conseil est sur la table du Conseil fédéral pour approbation. L’effort demandé aux communes est certes important[3], mais il est aussi à la hauteur des manquements passés. Celles-ci devront délimiter leur périmètre d’urbanisation dans les 2 ans et ensuite faire homologuer leur nouveau plan de zone dans les 5 ans.

Le Valais connaît une des croissances démographiques les plus fortes en Suisse. Selon le scénario moyen des projections démographiques de l’Office cantonal de statistique et de péréquation (OCSP), le canton devrait, d’ici 2030, accueillir une population de 370’000 habitants, soit une augmentation d’environ 40’000 habitants par rapport à̀ la population recensée au 1er janvier 2015 (331’763 hab.)[4].

Or, le Valais dispose globalement de réserves importantes de zones à bâtir qui lui permettront, assurément, d’absorber l’arrivée de 40'000 nouveaux habitants. Les quelques communes qui ne disposent pas ou peu de zones à bâtir en réserve, en particulier dans la plaine qui s’urbanise à la vitesse grand V, leur développement devra passer par une stratégie de développement vers l’intérieur (densification de qualité)[5].

L’urbanisation doit être mieux maîtrisée afin de préserver les terres agricoles, les paysages, les espaces naturels ainsi que les finances des collectivités publiques

Durant les 24 dernières années, la Suisse a perdu plus de 850 km2 de terres cultivables. A chaque mètre carré de sol bâti, l’agriculture perd une part supplémentaire de ses ressources essentielles. En effet, avec le bétonnage des sols, ceux-ci sont gâchés pour toujours, car il n’est guère envisageable de rétablir les sols dégradés. Les sols fertiles disparaissent ainsi de façon constante en Suisse. La perte des terres agricoles compromet l’approvisionnement en denrées locales. L’arrêt du mitage est une condition fondamentale pour préserver les précieuses ressources du sol. En outre, le sol accomplit diverses fonctions importantes pour notre écosystème. A travers le tassement du sol, l’eau ne peut plus s’écouler correctement, ce qui peut avoir des conséquences importantes lors d’inondations. Le mitage peut également avoir un impact négatif sur les nappes phréatiques et sur la qualité de l’eau.

Toutes les études le démontrent : un paysage intact est un facteur important pour le tourisme, mais également pour les Suisses. C’est pourquoi il est également dans l’intérêt des communes de campagne et de montagne que la Suisse ne devienne pas un désert de béton.

Il suffit de comparer des photos de la plaine du Rhône prises entre 2019 et 1950 pour constater avec quelle vitesse l’urbanisation a grignoté notre territoire, principalement au détriment des terres agricoles et des espaces de nature !! L’initiative STOP MITAGE ne résoudra pas tous les problèmes, mais elle aura au moins le mérite d’éviter l’ouverture de nouvelles zones à bâtir sans compensation équivalente en faveur de l’agriculture ou de la nature. Il s’agit ni plus ni moins de la reprise du principe développé avec succès par nos ancêtres au XIXème siècle pour la préservation des forêts.

En conclusion, pour les Verts valaisans, le texte de l’initiative STOP MITAGE est complémentaire à la LAT et la Lex Weber en garantissant aux générations futures que l’on ne bétonnera pas leur avenir comme on l’a fait ces 30 dernières années afin de leur garantir des terres cultivables pour se nourrir et un cadre de vie préservé.

Pour les Verts valaisans

Jean-Pascal Fournier                                                                            

Président

079 704 69 33   



[1] https://www.letemps.ch/suisse/lex-weber-entre-2500-4000-chomeurs
[2] https://www.rts.ch/info/regions/valais/10117642-la-construction-se-porte-plutot-bien-en-valais-malgre-la-lex-weber.html
[3] 2000 hectares de terrains à bâtir ne pourront plus être construits : 1000 hectares sous forme de dézonage et 1000 hectares maintenus dans le périmètre d’urbanisation.
[4] Le scénario moyen prévoit une augmentation d’environ 40'000 habitants
[5] Par exemple : Ardon, Charrat, Fully, Conthey, , Leytron, Saillon, St-Léonard, Vétroz


retour

En images

À 6 mois des élections fédérales, les Verts valaisans demande un PLAN CLIMAT pour des actions concrètent contre les effets du réchauffement climatique en Valais.


Toutes les vidéos

Prochaines dates