Large images  1

Dimanche faste pour les Verts valaisans qui ont vu deux objets particulièrement importants à leurs yeux - l'aménagement du territoire et la stratégie énergéique - être plébiscités par la population valaisanne.

Avec le OUI à la LcAT, une nouvelle ère s'ouvre en Valais

La relation du Valais avec son territoire a de tout temps été assez compliquée. En disant OUI à la loi cantonale d'application de la loi fédérale sur l'aménagement du territoire, la population valaisanne a pour la première fois exprimé son souhait de normaliser une situation qui devenait de plus en plus intenable et pour laquelle un NON aurait eu des conséquences désastreuses pour l'économie. La satisfaction des Verts est d'autant plus grande que durant la campagne les opposants ont utilisé des arguments des plus populistes en franchissant même parfois les limites de l'admissible en faisant l'amalgame entre l'objet de la votation et le suicide (cf. l'affiche choc). Le Valais a choisi aujourd'hui la voie de la raison, celle d'un développement territorial mieux maitrisé qui tienne compte des générations futures. L'enjeu maintenant consistera pour le canton et les communes de passer de la théorie à la pratique en se donnant les moyens d'une mise en oeuvre conforme à la volonté du législateur, notamment au travers de l'adoption d'un nouveau plan directeur cantonal. Dans cette tâche, les communes devront pouvoir compter sur le soutien du canton qui doit tenir la baguette du chef d'orchestre. 

OUI à la statégie énergétique 2050 : un premier pas porteur d'avenir

Une nette majorité des citoyennes et citoyens ont dit aujourd’hui Oui à la sortie du nucléaire et au tournant énergétique, deux chevaux de bataille des Verts depuis le début. C’est donc un grand succès vert ! Ce succès doit beaucoup à l’initiative pour une sortie programmée du nucléaire. Elle a aplani la voie à la Stratégie énergétique 2050 au Parlement et montré – en récoltant 46 pourcent des voix – que la population cautionne une réorientation de la politique énergétique, même si la voie empruntée est moins ambitieuse.

Ce résultat – aussi réjouissant soit-il – ne résout cependant pas tous les problèmes urgents. Le Oui de la population suisse montre qu’il faut faire passer le tournant énergétique et la protection climatique à la vitesse supérieure. Le Parlement doit rapidement adopter une loi sur le CO2 efficace, afin que la Suisse puisse apporter une contribution équitable à la lutte mondiale contre le réchauffement climatique.

Nous ne sommes qu’à mi-chemin d’une sortie du nucléaire. Aucune nouvelle centrale nucléaire ne peut certes être construite, mais il s’agit encore de débrancher nos casseroles nucléaires. Les Verts s’engagent afin de renforcer les normes de sécurité (concept d’exploitation à long terme), limiter la durée d’exploitation et les quantités de courant résiduel. Ils veulent en outre que les provisions pour le traitement des déchets radioactifs soient suffisamment élevées et l’autorité de surveillance renforcée. Enfin, les Verts combattront avec la dernière énergie les subventions réclamées à cor et à cri pour continuer à exploiter les centrales nucléaires en Suisse.

Il faut une mise en œuvre écologique de la Stratégie énergétique 2050. Les Verts rejettent toute affaiblissement de la protection de l’environnement, tel que l’envisage le Conseil fédéral dans l’ordonnance d’application. Il est possible de développer les renouvelables sans que la protection de la nature et du paysage en pâtissent. La campagne de votation acharnée a montré la nécessité de poser de solides jalons dans la société pour qu’un projet énergétique passe le rampe. C’est pourquoi il faut organiser une table ronde au sein de l’alliance SE2050 afin de définir dès aujourd’hui les prochaines étapes.

Pour les Verts valaisans

Jean-Pascal Fournier, président 

Fichier liés

Votation du 21.05.2017 : CP...
retour

En images

Kevin Morisod, 23 ans, membre du comité des Jeunes Verts valaisans, vient d’être élu co-président des Jeunes Verts suisses. Etudiant en médecine proche du diplôme, il tient tout particulièrement à la solidarité internationale : il a ainsi présidé une association engagée en Suisse et dans des pays en voie d'industrialisation en faveur d'un meilleur accès à la médecine des populations vulnérables.


Toutes les vidéos

Prochaines dates