Large barrage final

Electricité - Par Stéphanie Germanier (Le Nouvelliste)

Dès le 1er janvier 2017, les Genevois ne seront plus qu'approvisionnés en électricité 100% suisse et renouvelable, donc en majeure partie en hydraulique valaisanne. Pourquoi notre canton château d'eau ne vend-il pas davantage cette énergie autochtone à sa population? Réponses à Berne et en Valais.
"C'est un peu comme si Genève ne vendait que les abricots valaisans que vous produisez, alors que vous, vous continuez à vendre des fruits étrangers sur vos étals". La comparaison vient de Robert Cramer, sénateur vert et genevois. C'est lui, lorsqu'il était conseiller d'Etat au bout du lac, qui avait donné l'impulsion pour que Genève sorte du nucléaire au profit des énergies renouvelables. Aujourd'hui les services industriels genevois et le gouvernement passent à la vitesse supérieure: dès janvier, les Genevois ne seront plus qu'approvisionnés en énergie 100% suisse et renouvelable, c'est-à-dire en majeure partie grâce à l'hydraulique valaisanne. Se pose dès lors la question de savoir pourquoi le Valais, qui tient tant à sauver ses barrages, n'emboîte pas le pas à l'initiative genevoise.

Différences cantonales


Pour la grande partie de la délégation valaisanne à Berne, c'est l'organisation tentaculaire des réseaux de distribution valaisans qui rendent l'opération de promotion difficile. Pour d'autres, cette initiative ne serait que symbolique et peu efficace. Reste que certains y verraient un signal fort pour promouvoir cette matière première autochtone.

Classé sous energie

retour

Initiatives à signer

En images

À 6 mois des élections fédérales, les Verts valaisans demande un PLAN CLIMAT pour des actions concrètent contre les effets du réchauffement climatique en Valais.


Toutes les vidéos

Prochaines dates