Large r sidences secondaires

Deux ans après la Lex Weber, le refus par le Grand Conseil valaisan de la création d’un fonds pour la rénovation des résidences secondaires et leur mise en location constitue une chance manquée pour le canton du Valais.

Le hasard veut que ce soit deux ans jour pour jour après l'acceptation de l'initiative « Pour en finir avec la construction envahissante de résidences secondaires » que le postulat des Verts « **Fonds cantonal pour la rénovation des résidences secondaires et leur mise en location par un exploitant commercial** » a été présenté au Grand Conseil valaisan.

Les Verts sont les seuls en Valais à avoir soutenu l'initiative Weber malgré les pressions et une campagne référendaire qui ne s'est pas toujours déroulée dans un esprit très fair-play et qui surtout n'a pas permis de mener un débat serein sur l'avenir de notre tourisme, sur la pérennité et la durabilité du modèle d'affaires de nos stations. Deux ans après la décision du souverain, la catastrophe annoncée sur le marché de l'emploi n'est pas encore arrivée malgré le fait que le Tribunal fédéral ait déclaré nulles toutes les autorisations de construire concernant des résidences secondaires délivrées entre le 12 mars et le 31 décembre 2012.

Les Verts ont cependant toujours admis qu'il y aurait un recul de l'activité dans le secteur de la construction. Si ce recul ne s'est pas encore manifesté pour l'instant, il s'agit cependant de ne pas rester les bras croisés et d'être prêt lorsqu'il deviendra réalité. C’est pourquoi déjà un mois après l’acceptation de l’initiative, les Verts ont proposé 13 mesures afin de préparer l’après Weber. Plusieurs des mesures proposées ont d’ailleurs inspiré d’autres groupes politiques, ce qui montre encore une fois l’utilité des Verts dans le paysage politique valaisan.

Parmi les différentes mesures proposées, une concernait justement la création d’un fonds pour la rénovation des résidences secondaires et leur mise en location. C'est pourquoi nous avons proposé au Conseil d'Etat d'étudier la possibilité d'encourager financièrement les propriétaires à rénover leurs résidences secondaires (R2) à la condition qu'ils acceptent de mettre leur R2 sur le marché de la location touristique. Une telle initiative permettrait de concrétiser la mesure 12 « Renforcement de la location commerciale des R2 existantes » figurant dans le Rapport « Stratégie de développement de l'hébergement touristique » qui a été remis au Conseil d'Etat en juin 2013 par un groupe de travail composé de différents représentants des milieux touristiques et économiques valaisans.

La question du financement d'un tel fonds constitue bien sûr un enjeu cardinal. Parmi les solutions envisageables, les Verts ont soutenu l’idée d’alimenter ce fonds par l’augmentation de la valeur locative des résidences secondaires. Plutôt que d’affecter ces montants au budget général de l’Etat comme le propose le gouvernement, il paraît cependant plus judicieux d’alimenter ce fonds pour la rénovation des résidences secondaires. Les propriétaires qui, du fait de l'augmentation de la valeur locative de leur résidence secondaire, alimenteraient le fonds seraient aussi ceux qui pourraient en profiter pour rénover leur bien.

Même si l'on sait que la remise en marché des R2 existantes est une tâche difficile, elle devient incontournable dans le nouveau contexte légal. Elle doit permettre d'augmenter le nombre de lits marchands et partant le chiffre d'affaires des entreprises de remontées mécaniques comme de l'ensemble des commerces de nos stations. Certains acteurs de la branche immobilière y croient d'ailleurs comme en témoigne l'article de Bilan du 28 février dernier consacré à la Régie du Rhône et intitulé « Comment rebooster l'immobilier en Valais » .

Le Fonds permettait de poursuivre ainsi à la fois l'objectif d'atténuer les effets de la Lex Weber sur le secteur de la construction, celui d'augmenter les lits marchands et partant la performance de nos stations, et enfin celui d'assainir au niveau énergétique le parc des résidences secondaires.

Le Grand Conseil n’a pas fait preuve de beaucoup de clairvoyance et a largement refusé ce postulat déjà au stade du développement. Deux ans après l’acceptation de l’initiative Weber, le canton du Valais n’a toujours rien mis en place pour accompagner les effets de cette initiative.

Jean-Pascal Fournier, président

Contact :

  • Jean-Pascal Fournier, président, 079 704 69 33, jean-pascal.fournier@verts-vs.ch
  • Chritophe Clivaz, député, 079 374 51 78, christophe.clivaz@verts-vs.ch

retour

En images

À 6 mois des élections fédérales, les Verts valaisans demande un PLAN CLIMAT pour des actions concrètent contre les effets du réchauffement climatique en Valais.


Toutes les vidéos

Prochaines dates