Large sion pouponni re copier

La nouvelle loi sur l’enseignement primaire a été adoptée le 15 novembre dernier par le Grand Conseil valaisan, de manière à assurer la conformité avec le concordat intercantonal HarmoS. L’une des principales pierres d’achoppement des débats parlementaires fut l’horaire de la première année. Le parlement a tranché en faveur de l’école à mi-temps durant toute cette dernière. Les communes ne disposent, à ce titre, plus de marge de manoeuvre. Un tel changement n’est pas sans susciter quelque inquiétude chez de nombreux parents qui ne peuvent garder leurs enfants à la maisons toute les 1/2 journées de la semaine et devront ainsi se tourner vers les structures d’accueil. Le Groupe des Verts au Conseil général de la commune de Sion demande à la municipalité d’anticiper l’entrée en vigueur de la loi et de prendre les mesures qui s’imposent. Les Verts des districts de Sion, Hérens et Conthey élargissent cette demande à l’ensemble des communes des districts en question.

La fin de la flexibilité en première année

Tous les enfants valaisans ne se rendront à l’école que durant une 1/2 journée, pendant leur première an-née scolaire (1H, actuellement 1ère enfantine). Tel en a décidé le parlement cantonal. Jusqu'à ce jour la ville de Sion connaissait un système flexible qui permettait aux parents de choisir, jusqu'à Noël, de ne scolariser leur enfant qu’à mi-temps en 1ère enfantine. L’immense majorité des parents choisissaient cependant de scolariser leurs enfants à plein temps toute l'année. Avec l’entrée en vigueur de la nouvelle loi sur l’enseignement primaire, le temps de la flexibilité est révolu.

Un besoin accru en structures d’accueil (UAPE)

Nombreux sont les parents sédunois actifs qui ne pourront pas assurer la garde de leurs jeunes écoliers durant les 1/2 journées hors de la classe. Dans ces conditions, ils se verront contraints d’avoir recours aux structures d’accueil, en particulier les UAPE. Pour la ville de Sion, ce changement induit des conséquences considérables, d’autant plus qu’avec la nouvelle péréquation financière cantonale, les coûts de ses structures d'accueil sont entièrement à charge des communes. Elle devra répondre à la nouvelle demande des parents et augmenter l’offre de places pour cela. Elle devra également informer les parents. Enfin, la crainte existe que des classes soient regroupées et que des postes d’enseignants soient supprimés alors que des solutions à mi-temps sont envisageables.

Anticiper et prendre les mesures qui s’imposent

Le Groupe des Verts du Conseil général de Sion, auxquels s’associent les Verts des districts de Sion, Hérens et Conthey, demande que la communes de Sion et les autres communes des districts en question n’attendent pas l’entrée en vigueur de la loi. Elles doivent anticiper la demande supplémentaire de places en UAPE, informer dès maintenant les parents et collaborer avec eux à la recherche de solutions adéquates, prendre les mesures pour prévenir des effets négatifs sur le personnel enseignant, …

Dans le cadre des discussions sur le budget 2014 de la ville de Sion, les Verts ont déposé un amendement visant à augmenter le financement dévolu aux structures d’accueil (passant de 200’000 à 300’000.-), en réservant une somme de 100’000 francs pour la recherche et l’aménagement de places ou de locaux supplémentaires pour les UAPE. D’autre part, ils ont déposé une question écrite à la Municipalité de Sion afin de connaître leurs intentions et les mesures qu’elles comptent prendre en vue de l’entrée en vigueur de la loi.

Renseignements supplémentaires :

  • Thierry Largey, président des Verts de Sion-Hérens-Conthey : 078 649 62 78

Annexe :


retour

En images

À 6 mois des élections fédérales, les Verts valaisans demande un PLAN CLIMAT pour des actions concrètent contre les effets du réchauffement climatique en Valais.


Toutes les vidéos

Prochaines dates