Nouvelles

Non aux JO SION 2026 : signal très clair de la population valaisanne

publié il y a environ un mois

Les Verts valaisans sont très heureux du rejet par la population valaisanne du projet JO SION 2026. C’est un excellent signal qui est donné non seulement à une grande partie des autorités cantonales mais aussi aux organisations économiques. Continuer de défendre d’anciens modèles pour l’économique touristique est une impasse. Le développement durable est une philosophie qui vise le long terme en préservant les ressources, mais c’est aussi une façon de travailler avec les populations locales pour prendre en compte ce qu’elles attendent afin de le mettre en œuvre. La population a fait preuve de bon sens. Elle n’a pas voulu un projet clé en main synonyme de chèque en blanc signé sans assurance pour le financement et sans contrat concret. Le Valais économique se porte globalement bien. Il a son destin en main. Dès aujourd’hui, les Verts demandent au Gouvernement et aux acteurs économico-touristiques de s’engager pour concrétiser une véritable politique touristique sur les quatre saisons et qui prenne en compte la plaine et la montagne.


Un résultat sans appel avec une forte participation

Les Verts valaisans se réjouissent du rejet par la population valaisanne du projet JO SION 2026. Engagés dès le début contre ce projet, la partie n’était pas gagnée d’avance pour les Verts. En effet, les promoteurs pouvaient compter sur le soutien d’une large part de la classe politique et de toutes les organisations économiques. Malgré une grosse campagne de promotion, la population valaisanne a gardé la tête froide et ne s’est pas laissée convaincre par des promesses qui, par le passé, ne se sont souvent pas concrétisées. L’une des oppositions parmi les plus fortes s’est logiquement manifestée à Sion, la ville hôte du projet, dont les citoyens n’ont clairement pas voulu endosser le risque lié à la signature du contrat olympique sans obtenir de retour sur investissements.

Un signal clair en faveur d’un autre développement touristique

Depuis quelques années, le Valais se transforme à grande vitesse : l’acceptation de la 3ème correction du Rhône et de la loi d’application sur l’aménagement du territoire en sont des premiers signes. Le résultat de la votation sur la Constituante est également un signal de la volonté de la population valaisanne de vouloir tourner la page du passé et écrire l’avenir d’une nouvelle économie qui se dessine, plus responsable, plus respectueuse de son environnement.

Pour le Valais, il faut notamment anticiper la tendance inéluctable du réchauffement climatique qui doit pousser les milieux touristiques à engager des réflexions sur des alternatives au modèle du tourisme hivernal. Plutôt que de miser essentiellement sur une seule saison touristique, il vaudrait mieux développer un «tourisme quatre saisons». Actuellement, la saison estivale ne dure qu’un mois. Il convient de renforcer le tourisme estival en améliorant la fréquentation des mois de juillet et d’août et en travaillant sur le mois de septembre où les conditions météo sont souvent excellentes. Innovation et diversification doivent être les maîtres-mots pour penser au-delà du ski : détente, tourisme thermal, gastronomie, événements culturels, vélo, autres sports…

Dès aujourd’hui, les Verts demandent au Gouvernement et aux acteurs économico-touristiques de s’engager pour concrétiser une véritable politique touristique sur les quatre saisons et qui prenne en compte la plaine et la montagne.


Postulat pour une politique cyclable cantonale.

publié il y a environ un mois

Un postulat sur la politique cyclable cantonal à aboutit.


Assemblée général des verts 2018

publié il y a environ 2 mois

L’assemblée générale des verts cantonaux s’est déroulé le 17 mai à sierre
Nous sommes heureux d’avoir pu accueillir nos membres dans notre cité.


La campagne du comité en faveur des JO est financée par de l’argent public

publié il y a 2 mois

Swiss Olympic est financé à près de 90 % par des contributions publiques. Pour lever les doutes autour du financement de la campagne du comité en faveur des JO, celui-ci doit publier ces comptes et établir que, réellement, aucun centime d’argent public n’a été injecté dans la campagne. De son côté, le comité « non aux JO SION 2026 » est décidé à faire preuve de transparence en publiant l’origine des fonds dont il dispose ainsi que leur affectation.

L’exercice des droits politiques implique que chaque citoyen ait la possibilité de se forger librement son opinion. Pour cela, les pouvoirs publics ont une obligation d’information vis-à-vis de la population qui doit refléter le plus objectivement possible l’objet sur lequel la votation a lieu. Dans son rapport explicatif de décembre 2017, la Confédération rappelle d’ailleurs : « Les coûts de cette phase, qui s’achèvera avec l’attribution des JO d’hiver par le CIO en octobre 2019, s’élèvent à 25 millions de francs. Le budget englobe les dépenses liées au personnel et à l’administration, à la promotion et à la communication, au développement du dossier de candidature et à la pérennité́ du projet. Les deniers publics doivent servir à l’élaboration d’un dossier de candidature et à des fins d’information, mais pas à des fins de campagne »[1]. 

Dans son édition du samedi 28 avril 2018, le Nouvelliste a rapporté les propos du directeur de l’association suisse en faveur des JO qui déclarait : « Que ce soit oui ou non le 10 juin, nous n’aurons pas dépensé un seul centime d’argent public dans la campagne ».

Ces propos ne manquent pas d’interpeller lorsque l’on sait que, de l’aveux même de cette association, Swiss Olympic a injecté 8 millions dans la campagne en faveur du OUI aux JO. Or, si l’on se réfère au budget 2018 publié par cette institution (cf. annexe), il s’avère que celle-ci est financée à près de 90% par… des contributions publiques. En d’autres termes, sur 76'359'400.00 francs de revenus budgétisés, Swiss Olympic reçoit 68'160'000.00 francs de contributions publiques. Dans ce montant, il y a environ 26 millions qui sont des montants versés par l’Office fédéral du sport et plus de 40 millions qui proviennent du Sport-Toto, une institution d’utilité publique. Conformément aux règles légales en matière de droits politiques et comme le Conseil Fédéral l’a justement rappelé dans son rapport de décembre 2017, ces contributions publiques ne sauraient en aucune manière être utilisées pour une campagne destinée à influencer le vote du 10 juin 2018.

A trois semaines du scrutin, le Comité d’opposition au JO SION 2026 dénonce le manque de transparence du comité en faveur des JO et il demande des clarifications. Pour lever les doutes autour du financement de la campagne du comité en faveur des JO, celui-ci doit publier très rapidement ces comptes et établir que, réellement, aucun centime d’argent public n’a été injecté dans la campagne.

De son côté, le comité « non aux JO SION 2026 » est décidé à faire preuve de transparence en publiant l’origine des fonds dont il dispose ainsi que leur affectation (cf. annexe).

Pour le Comité valaisan NON aux JO Sion2026

Verts valaisans, WWF, Greenpeace, ATE, Pro Natura, Mountain Wilderness, Birdlife, OGUV, Jeunes verts valaisans, PS Haut-Valais, Jeunesses socialistes du Valais romand

Personne de contact : Thierry Largey : +41 78 649 62 78‬, thierry.largey@protonmail.com

[1] Procédure de consultation concernant les contributions de la Confédération pour les Jeux olympiques et paralympiques d’hiver «Sion 2026», rapport explicatif de décembre 2017, p. 26

Annexes :

  • Budget de Swiss Olympic 2018
  • Rapport de la Confédération de décembre 2017
  • Extrait du NF du 28.04.2018
  • Budget du comité « non aux JO SION 2026 »

Annoncez-vous pour figurer sur nos listes de la Constituante !

publié il y a 3 mois

Nous souhaitons au moins 50 % de gens de la société civile sur nos listes et 50 % de femmes. Que vous soyez jeunes ou retraités, vous êtes les bienvenus !

Pas besoin de faire partie des Verts pour figurer sur nos listes. Il suffit de partager notre sensibilité verte et nous garantissons la totale indépendance aux personnes qui décident de s'engager à nos côtés.

Si la politique vous intéresse, mais que vous ne voulez pas forcément vous engager sur le long terme, alors la Constituante est faite pour vous : vous avez la possibilité de vous engager uniquement pour 4 ans dans le but de réécrire la Constituante valaisanne et l'adapter aux défis du XXIème siècle.

Vous voulez faire partie de l'aventure, inscrivez-vous sur notre site internet en remplissant notre formulaire.


En images

Les Jeux de Lillehammer sont présentés comme des jeux modèles. Au-delà du discours officiel, le retour à la réalité a été brutal. Budget initial multiplié par 4. Les jeux n'ont pas créé de boom économique. "Utilisez votre argent pour des choses plus intéressantes. Utilisez l'argent pour aider les gens et non pour enrichir le CIO " (Frank Brandsas, journaliste).


Toutes les vidéos

Prochaines dates