Square photo camille carron recadr e

Troisième correction du Rhône, il y a urgence

Monsieur le président du Grand conseil, Madame et Messieurs les Conseillers d’Etat, chers collègues,

Après la publication de la carte des dangers, la nécessité de travaux urgents dans la région Saxon, Fully, Martigny est plus que jamais confirmée. En effet, une bande de 140 m de large environ, de chaque côté du fleuve, est considérée non seulement comme inondable, mais aussi comme dangereuse pour les vies humaines, vu la vitesse élevée des eaux. Il y a donc urgence.

En considérant le projet de sécurisation de la plaine du Rhône dans son ensemble, force est de constater que le temps passe et que le Plan d’aménagement global n’est toujours pas mis à l’enquête. Les interventions nombreuses de députés, de communes et de particuliers en sont au moins partiellement la cause. Probablement que certains se réjouissent des attaques régulières, des demandes de démission, des contestations systématiques des résultats des études contre un Département dirigé par un Conseiller d’Etat PDC … Mais les conséquences pour la population valaisanne sont trop importantes pour jouer un jeu politique. En premier au niveau de la sécurité, évidemment. Rien que dans ma commune, près de 3000 personnes seraient évacuées en cas de précipitations égales à celles de l’an 2000. Qu’en est-il des autres communes ? Au niveau économique, quel peut être l’attrait, même si la construction est possible à certaines conditions, pour des promoteurs immobiliers ou des particuliers de s’installer dans des zones où la hauteur d’eau peut atteindre 3 ou 4 mètres ? Une expertise est en cours, demandée par le Parlement et contrôlée par un certain nombre de communes. Des voix s‘élèvent déjà pour la contester. Il faudra bien pourtant, après avoir pris acte de ses résultats, que le Valais tout entier s’unisse pour appuyer la variante choisie en dernier lieu, quelle qu’elle soit. Des discussions pouvant avoir lieu évidemment au niveau de la concrétisation de chaque étape. Chers collègues députés, pour la sécurisation et le bon développement économique et social de plaine, il y a lieu de passer du temps des projets et contreprojets, des variantes et expertises, des invectives et demandes de démission à la concertation, aux décisions et surtout aux travaux à même de sécuriser l’ensemble de la plaine du Rhône.

Je vous remercie de votre attention.

Camille Carron, 18.11.2011

Classé sous environnement

Fichier liés

3ème correction du Rhône
retour

En images

À 6 mois des élections fédérales, les Verts valaisans demande un PLAN CLIMAT pour des actions concrètent contre les effets du réchauffement climatique en Valais.


Toutes les vidéos

Prochaines dates