Square raboud

L'agriculture valaisanne, pour survivre, doit s'orienter vers des marchés de niches et des produits de qualité. Elle doit satisfaire sa multifonctionnalité, à savoir la sécurité de l'approvisionnement de la population, la conservation des ressources naturelles et l'entretien du paysage, ainsi que l'occupation décentralisée du territoire.

Au niveau médiatique, l'économie ovine doit son actualité, en dehors du loup, à des cas de mauvaise gestion. Ces cas portent préjudice aux bons bergers. Le piétin du mouton affecterait de nombreuses bêtes. Cette maladie, avec la kératoconjonctivite, pourrait être transmise à la faune sauvage (bouquetins, chamois).

L'arrêt du financement vaccinal fédéral en serait-il responsable ? Le surpâturage dégraderait les sols et appauvrirait la biodiversité, notamment dans les zones de repos. Ne faudrait-il pas élaborer une politique de pâturage durable qui permette un entretien du paysage et le maintien de prairies riches biodiversité ? Etant donné la conjoncture, la laine est incinérée. N'y aurait-il pas des mesures à prendre pour la valoriser, comme isolant dans la construction par exemple ?

Nous demandons au Conseil d'Etat: - d'établir un état des lieux économiques et sanitaires de l'élevage ovin, - de proposer des mesures d'assainissement du cheptel et de valorisation de la laine, - d'établir une politique de pâturage durable, compatible avec l'entretien du paysage et la protection des sols.

Classé sous agriculture

Fichier liés

Réponse du Conseil d'Etat a...
retour

Initiatives à signer

En images

À 6 mois des élections fédérales, les Verts valaisans demande un PLAN CLIMAT pour des actions concrètent contre les effets du réchauffement climatique en Valais.


Toutes les vidéos

Prochaines dates