Square raboud

Etant donné que l’énergie est essentielle à l’économie,

Vu les problèmes écologiques que soulève l’utilisation des énergies fossiles,

Vu les problèmes économiques qu’engendre l’épuisement des énergies non renouvelables,

Considérant les potentiels d’économie d’énergie offerts notamment par l’amélioration de l’efficacité énergétique,

Considérant les potentiels offerts par les énergies renouvelables,

Considérant les potentiels de places de travail offerts par le développement et l’application des techniques d’économies d’énergie et les énergies renouvelables en Valais,

Apprenant que près de la moitié des autorisations de construction ne satisfont pas les critères énergétiques minimum,

Apprenant que des communes, peu sensibles au problème énergétique, continuent à autoriser le chauffage électrique pour des villas individuelles, et n’investissent pas dans une politique d’économies d’énergie pour leurs bâtiments communaux,

Apprenant que des architectes continuent à construire des bâtiments et villas ne respectant pas les exigences minimales énergétiques,

Apprenant que des Services industriels, au courant des problèmes de gaspillage d’énergie, n’entreprennent rien pour inciter les clients à des économies d’énergie,

Apprenant que des propriétaires ont renoncé à investir dans la pose de panneaux solaires thermiques par manque de soutien étatique plus substantiel,

Constatant que le Grand Conseil avait accepté un postulat demandant au Conseil d’Etat d’investir des moyens conséquents dans les économies d’énergie et les énergies renouvelables,

Constatant dans le budget 2007 de l’Etat du Valais que cette demande n’a pas été suivie,

Les signataires demandent au Conseil d’Etat d’élaborer un rapport sur la question énergétique valaisanne informant sur les problèmes constatés au niveau des différents partenaires de la filière énergétique et les mesures étatiques envisageables pour répondre aux défis énergétiques actuels et futurs:

  • les Services industriels sont au courant des demandes et des gaspillages d’énergie : l’Etat peut-il intervenir pour augmenter les exigences minimales ?
  • les clients individuels: l’Etat peut-il augmenter sa contribution pour des investissements dans les énergies renouvelables (par exemple, panneaux solaires thermiques) ?
  • les clients industriels : l’Etat a-t-il une politique de subvention énergétique qui tienne compte de la part énergétique dans la valeur du produit final et d'un objectif d'efficacité énergétique ?
  • les architectes sont souvent les premiers conseillers des clients: L’Etat peut-il relever les critères minimaux énergétiques d’autorisation de construction ?
  • les promoteurs possèdent une grande influence dans le choix architectural et énergétique de leurs bâtiments: l’Etat peut-il augmenter les exigences et les mesures incitatives (subventions en fonction de l’efficacité énergétique du bâtiment et de la source d’énergie) ?
  • les communes ont un rôle d’exemple et incitatif: l’Etat peut-il augmenter les exigences, et les mesures incitatives (subventions en fonction de l’efficacité énergétique du bâtiment et de la source d’énergie) ?
  • Les formateurs et enseignants professionnels: l’Etat a-t-il prévu des cours, pour les futurs professionnels (électriciens, chauffagistes, monteurs,...), sur les technologies des panneaux solaires, des panneaux photovoltaïques, des pompes à chaleur, de la domotique?
Classé sous energie

Fichier liés

Réponse du Conseil d'Etat a...
retour

Initiatives à signer

En images

À 6 mois des élections fédérales, les Verts valaisans demande un PLAN CLIMAT pour des actions concrètent contre les effets du réchauffement climatique en Valais.


Toutes les vidéos

Prochaines dates