Ligne haute-tension Chamoson-Chippis : les verts sédunois s'opposent à la résolution électoraliste du PDC

Square thierry largey 004

La ligne haute-tension (HT) entre Chamoson-Chippis est une préoccupation des Verts qui en 2009 et 2011 ont déposés des résolutions au Conseil général de Sion afin que celui-ci s'engage en faveur de son enterrement. Ces résolutions avaient malheureusement été largement rejetées alors même qu'il était encore possible de modifier le projet.

Depuis lors, le dossier a été traité tant par le Tribunal administratif fédéral que le Tribunal fédéral qui ont définitivement tranché en faveur d'une ligne aérienne. Bien que l'affaire ait été renvoyée pour nouvelle décision à l'OFEN, celle-ci ne pourra traiter que du nombre de conducteurs, 3 ou 4, dans les faisceaux électriques, le but étant de réduire de manière sensible le bruit (-8dB). Tous les autres points ne sont par contre plus contestables : ligne aérienne, tracé, aspect paysagers, nécessité. En tranchant sur ces points, le TAF a voulu faire l'économie de procédures, autrement dit accélérer le processus et éviter que la nouvelle décision puisse être contestée sur tous les points.

Dans cette situation, la résolution du PDC sur la ligne HT nous propose de nous opposer au principe même de la ligne 380 kV et demande qu'une procédure ordinaire d'autorisation de la modification du projet. Qu'espérer d'une telle démarche si elle pouvait aboutir :

  • mettre la pression sur Swissgrid pour qu'il enterre la ligne ? C'est un leurre car jamais cette société n'abandonnera une procédure qu'elle sait qu'elle gagnera au profit d'un nouveau projet d'enterrement de ligne qui lui coûterait plus chère, qui repartirait à zéro et qui lui prendrait au moins 15 ans (car la traversée de Sion provoquerait de très nombreuses oppositions dans une version enterrée).
  • gagner ou perdre du temps dans une procédure ordinaire qui ne pourrait aboutir à aucun gain concret, l'enterrement ayant été exclu par le TF ? Une sorte de dernier baroud d'honneur ?

Pour répondre à cette dernière question, il convient de situer les enjeux. La nécessité de la ligne est admise par le Conseil fédéral, le TF, le TAF, l'OFEN et évidemment Swissgrid :

  • nécessité pour la sécurité du réseau électrique suisse. Le tronçon entre Chamoson et Ulrichen est un point faible, un incident pouvant conduire à un effet domino désastreux comme cela s'est passé en Italie il y a peu.
  • nécessité de pouvoir importer l'énergie Verte des éoliennes de mer du nord notamment.
  • nécessité de pouvoir exporter et faire transiter l'hydre-électricité que nous produisons en Valais. Dans la situation actuelle, le réseau ne peut absorber les 900 mW que produira Nant de Dranse en 2016, ni les 1200 mW de Cleuson. Voulons-nous limiter notre production dans un contexte déjà très défavorable à nos barrage en concurrence avec les centrales à charbon d'Allemagne ?
  • permettre la suppression de 58km de ligne 220 kV en plaine et de 190 pylônes grâce au regroupement. C'est l'occasion de retirer des lignes qui survole à très basse altitude de nombreuses habitations à Sion, mais également ailleurs dans la plaine. La qualité de vie des personnes concernées n'en sera qu'améliorée.

Dès lors, la résolution présentée ne propose pas d'objectifs clairs outre un gain de temps vain et contre-produtif. Elle n'offre pas d'avantages (bien au contraire), si ce n'est celui de s'attirer la sympathie de la population. Il convient donc de ne pas donner de faux espoir, mais d'être réaliste, pragmatique, économiquement et écologiquement responsable.

Classé sous energie

retour

Initiatives à signer

En images

À 6 mois des élections fédérales, les Verts valaisans demande un PLAN CLIMAT pour des actions concrètent contre les effets du réchauffement climatique en Valais.


Toutes les vidéos

Prochaines dates